DGAT-DLR-Accueil

Le vendredi 28 février 2014, le Comité national de pilotage des pôles de croissance (CNPPC) a tenu sa première session de l’année sous le thème « Dynamiser la compétitivité des PME/PMI[1] par l’approche grappe d’entreprises afin d’accroître leur contribution à la croissance économique et à la création d’emplois : stratégie pour l’implémentation de la grappe huilerie de Bobo-Dioulasso ».

Partant des constats faits par la Stratégie de croissance accélérée et de développement durable (SCADD) selon lesquels la faibleévolution de notre PIB (6,6%) et le rythme de la croissance (au moins 10% l’an entre 2011-2015) ne lui permettaient pas d’atteindre les objectifs qu’elle s’est fixée à l’horizon 2015, le CNPPC a trouvé nécessaire de soutenir les Petites et moyennes entreprises et industries (PME/PMI) qui sont les moteurs de la croissance dans notre pays. Mais, comment les amener à donner le meilleur d’elles-mêmes et tendre vers l’excellence afin que cela se ressente dans les indicateurs macro et microéconomiques du pays ? C’est sur cette problématique que s’est penché le CNPPC qui a retenu comme médication « l’approche grappe d’entreprises » qui devra permettre de mettre les entreprises en réseau pour mutualiser leurs moyens et devenir plus compétitives.

Pour lancer cette nouvelle approche, le choix s’est porté sur les huileries de Bobo-Dioulasso du fait que, malgré les nombreuses potentialités du secteur, les PME/PMI qui y évoluent sont confrontées entre autres à l’existence d’unités de production clandestines et à la fraude qui biaisent la concurrence et grèvent leur compétitivité. Ces contraintes imposent des défis relatifs à la promotion commerciale, la qualification et la formation des ressources humaines, la modernisation technologique, la production et enfin la maîtrise de l’approvisionnement en matières premières et intrants.

Il faut retenir qu’une grappe d’entreprises ou « cluster» en anglais est un réseau d’entreprises constitué majoritairement de PME/PMI, fortement ancrées localement, soit sur un même créneau de production ou soit sur une même filière, mobilisées autour d’une stratégie commune et la mise en place de services et actions concrets et mutualisés qui leur permettent de réduire les coûts de production, de nouer des relations plus sûres de coopération à l’interne et à l’externe et partant d’être plus compétitives sur le marché national et international. A la différence de la filière ou du secteur, elle regroupe les entreprises d’une même zone géographique utilisant les mêmes intrants et coordonnées par un animateur.

Convaincues que l’union fait la force et qu’en se mettant ensemble elles peuvent transformer leurs faiblesses en forces et leurs menaces en opportunités, les PME/PMI exerçant dans l’huilerie ont donc accepté de se regrouper dans un ensemble plus vaste et plus fort pour être compétitives face aux défis du marché.

Dans l’optique de donner toutes les chances de réussite à ce projet, un certain nombre d’étapes devront être franchies, en l’occurrence le renforcement des capacités de ses acteurs ainsi que les capacités de réflexion et d’aide à la décision des entreprises impliquées ; la promotion et l’assurance de la visibilité des actions de même que la maitrise des coûts de production des PME/PMI impliquées. Pour coordonner l’ensemble de ces actions, le CNPPC a décidé de confier la maîtrise d’ouvrage de l’opérationnalisation de la grappe pilote à la Chambre de commerce et d’industrie (CCI-BF) et à la Maison de l’entreprise du Burkina Faso (MEBF) au regard d’une part, du rôle clé de ces deux (02) structures dans le développement des PME/PMI et, d’autre part, du rôle moteur du secteur privé dans la production et la croissance.

Outre l’adoption de la note de cadrage pour l’opérationnalisation de la grappe pionnière, le CNPPC s’est penché sur le bilan de la mise en œuvre de son Programme de travail annuel (PAT) 2013.Après examen, ce bilan dégage des motifs de satisfaction au regard de la dynamisation du dispositif institutionnel de pilotage des pôles de croissance, de l’état de construction de Bagrépôle et de la mise en route de nouveaux pôles de croissance dont le pôle de croissancedu Sahel. Au regard de ces résultats, le CNPPC a décidé de passer à l’échelle à partir de 2014 en adoptant un Plan d’actions prioritaires (PAP) 2014-2016 et un Programme de travail annuel (PTA) 2014 ambitieux.



[1] Petites et moyennes entreprises/Petites et moyennes industries

 

 

Martial Wilfried BASSOLE

Chevalier de l’Ordre du Mérite

 
Recherche d'infos
Actualités
Sondage
Quelle appréciation faites-vous de l'organisation de la 1e Journée "portes ouvertes" interne de la DGAT-AD avec un zoom sur la Direction de l'appui à la décentralisation (DAD)?
 
Suggestion
Arrêt sur image
Qui est en ligne ?
Nous avons 2 invités en ligne